AG&C

AVIS IMPORTANT
Vous devez vous inscrire pour publier dans la section ESPACE PUBLIC du forum
Vous devez être membre adhérent pour accéder à la section ASSOCIATION du forum
Adhésion: http://www.assogendarmesetcitoyens.fr/asso.html
AG&C

Forum de travail de Association Gendarmes & Citoyens


Magazine février 2016 "Les brèves de Win - La dépression"

Partagez
avatar
JeM

Messages : 3211
Date d'inscription : 07/01/2013
Age : 33

Magazine février 2016 "Les brèves de Win - La dépression"

Message par JeM le Sam 30 Jan 2016, 21:13

Extrait du magazine AG&C N°75 - Espace public ouvert aux commentaires.


Après le beau-temps, l'orage...

Tout commence par une magnifique journée ensoleillée.
Une des ces journées ou tout semble vous sourire !
Les envies de lunettes de soleil, de pique-nique au bord de l'eau, de sentir le soleil caresser votre peau... bref, le pied !

Mais quelques légers nuages viennent ennuyer ce ciel bleu magnifique.
Et ils deviennent plus nombreux, plus sombres jusqu'à en devenir menaçants...
La pluie se fait sentir, il est temps de rentrer et retrouver son intérieur, son quotidien, ses habitudes.

Puis, une nouvelle journée commence... encore un soleil radieux, quel bonheur !
Fort de l'expérience de la veille, on prend un petit parapluie avant de partir, au cas ou.

Les journées passent, les unes après les autres mais, curieusement, le temps est de moins en moins agréable, de moins en moins lumineux.
L'envie de sortir s'estompe et l'on préfère le nid douillet de la maison à l'idée de répondre à une invitation des amis ou même à une simple balade.

Le temps est de plus en plus chargé, les envies les plus simples deviennent des contraintes. Les gestes élémentaires deviennent des obligations.

Et puis vient le moment ou, finalement, on s'habitue à ce temps triste, morose, ces nuages noirs qui envahissent notre ciel.
En fait, non, on ne s'habitue pas, ils deviennent un quotidien présent mais invisible.

Bien que tout ce qui vient d'être dit puisse avoir une consonance météorologique, il n'en est rien ni pour les causes, ni pour les conséquences.
Ces changements soudains de temps, d'humeur ont un nom mais, à la différence de la météo, elle ne se prévoit pas : la dépression.

Phénomène sournois, on ne la voit pas arriver, elle ne frappe pas à la porte et ne se présente pas.
Elle n'a pas de visage, de carte de visite ou même de téléphone mobile...
Les causes sont aussi multiples que variées et j'admire les praticiens capables de mettre des mots sur des agissements, volontaires ou non, que l'on est soi-même incapable de véritablement définir.

Agissant dans l'ombre, elle vous dévore de l'intérieur. C'est la pire des choses car ça ne se voit pas, enfin, pas tout de suite...
Elle s'installe dans votre tête, dans votre corps et vous rend la vie épouvantable.

Vous perdez petit à petit le goût des choses. Croiser les gens devient un calvaire, sortir devient une épreuve.. le « socialement correct » vous échappe.
Il serait alors facile de dire : « Oh mais çà vient de ce temps morose, ça fait toujours ça l'hiver, on a un coup de mou, un manque de vitamines et de magnésium... ». La dépression n'a pas de saison même si, aussi étrangement que cela puisse paraître, elle est propice à s'installer par le manque de soleil, que ce soit dehors ou dedans.

Je n'aborderais pas le côté professionnel qui, naturellement, s'en ressent. On n'a plus d'entrain, plus de motivation, on devient négligeant et irritable même pour de petites choses.

Il ne faut pas se leurrer : elle est là, bien là et bien installée... et il serait utopique de penser que, la trêve hivernale finie, vous pourrez l'expulser...

Les idées deviennent de plus en plus embrouillées et, hélas, de plus en plus noires ; les nuits deviennent alors votre pire cauchemar.

La dépression est une spirale, il faut en être conscient.

Alors, vient le moment ou elle prend le dessus, ou tout vous échappe, ou votre bonne humeur ne devient qu'un souvenir et votre sourire, une façade.

Vous vous terrez dans un mutisme qui est tel que même à vous, il vous fait peur.

Les jours passent... et vous devez lutter chaque jour avec elle, reprendre le dessus.
Il serait facile de croire qu'en parler est chose aisée : on ne parle pas de « ces choses là ».

Et puis vient le jour où , trop présente, il faut prendre une décision et se rendre à l'évidence : la dépression est une maladie, tout comme la grippe, la bronchite ou autre.. et elle se soigne.

S'entourer des bonnes personnes devient primordial. Celles qui ne vous jugent pas et dont la main tendue est vraie, franche et sincère. Mais pour cela, il faut savoir s'ouvrir aux autres et là, c'est difficile mais pas insurmontable.

La dépression n'est pas une fatalité, la combattre est une nécessité. L'arme pour la vaincre est entre nos mains de chacun d'entre nous, celles de nos amis, de nos proches, ainsi qu'entre celles de tous ceux capables de comprendre et de soutenir.



_________________
JeM82
admin@assogendarmesetcitoyens.fr

    La date/heure actuelle est Ven 21 Juil 2017, 11:32